Marche mondiale pour le climat

Le GARDE sera présent à la mobilisation de la Marche mondiale pour le climat . Le mot d’ordre de cette marche pour le climat est : il est encore temps, mais le temps étant compté il faut de l ‘ambition, du courage et des actes. Mobilisons nous massivement, le temps n’est plus à l inaction.

Rendes vous à 14heures place de la Gare d’Aiacciu

Le rapport spécial du GIEC du 8 octobre 2018

Extrait de la conférence AG  du Garde du 31/10/2018  : Le rapport spécial du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Evolution du Climat.

Adopté en 2015, l’accord de Paris propose de « Contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5 °C. »
À ce titre, les États ont demandé aux spécialistes du GIEC de produire en 2018 un rapport spécial sur l’impact d’un réchauffement global de 1,5 °C. Ce document a été rendu le 8 octobre 2018.

À quoi va-t-il servir , ?
Tout d’abord les constats du GIEC : le GIEC indique qu’en 2017, le réchauffement global a atteint + 1 °C (± 0,2 °C) par rapport à la période 1850/1900 et que les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique provoquent une hausse moyenne des températures de l’ordre de 0,2 °C par décennie à l’échelle de la planète. À ce rythme, le seuil de 1,5 °C de réchauffement devrait être atteint dès 2040.

Diapo PPT nr 6

Un réchauffement de 1.5°c quelles conséquences ?:

Une telle élévation de température est lourde de conséquences sur le climat mondial : les vagues de chaleur et les fortes précipitations seraient plus fréquentes dans de nombreuses régions du globe, les sécheresses plus fréquentes par endroit.

En Corse aussi :
L’évolution des températures moyennes l’été en Corse montre un net réchauffement depuis 1980. Sur la période 1959-2009, la tendance observée sur les températures moyennes estivales est de +0,3 °C par décennie.

Les trois étés les chauds depuis 1959 en Corse, 2003, 2015 et 2017, ont été observés au XXIème siècle. L’été 2003 est de loin l’été le plus chaud depuis 1959.

En Corse, les projections climatiques montrent une poursuite du réchauffement estival jusqu’aux années 2050, quel que soit le scénario.
Sur la seconde moitié du XXIe siècle, l’évolution de la température moyenne estivale diffère significativement selon le scénario considéré. Le seul qui stabilise le réchauffement est le scénario RCP2.6 (lequel intègre une politique climatique visant à faire baisser les concentrations en CO2). Selon le RCP8.5 (scénario sans politique climatique), la hausse des températures estivales pourrait dépasser 5°C à l’horizon 2071-2100.

Diapo PPT nr 14

Et si on atteint les 2°c ?

Si le réchauffement devait être encore plus prononcé pour atteindre par exemple 2 °C, les conséquences sur les écosystèmes les plus fragiles, la montée des eaux et l’accès aux ressources en eau et en nourriture des habitants des régions insulaires et subtropicales seraient encore plus marquées. Les calottes groenlandaises et antarctiques seraient possiblement déstabilisées, avec une possible élévation massive du niveau de la mer.
Attention : une élévation massive du niveau de la mer sur la Corse et le Golfe d’Ajaccio.

Simulation BRGM Ajaccio avec une hausse de 78m du niveau de la mer

Limiter le réchauffement à 1,5°c ! on fait quoi ?

Pour limiter le réchauffement à 1,5 °C, il faut réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre (CO2, méthane…). Plus ces réductions sont importantes et précoces, plus les chances de limiter le réchauffement à 1,5 °C sont grandes. Les scénarios compatibles avec un réchauffement à 1,5 °C imposent de réduire les émissions nettes à zéro en milieu de siècle et recourir massivement aux « émissions négatives », comme la bioénergie avec capture et séquestration de carbone.

Le Garde AG du 31 octobre 2018 à Ajaccio