COFFRES D’AMARRAGE MÉGA YACHTS – AJACCIO

La CCI semble seulement vouloir tirer profit de la marque « Natura 2000 » du Golfe d’Ajaccio pour tenter de capter une « nouvelle clientèle de luxe» comme à Monaco.
Étude de marché ? Rien ne démontre la nécessité de tels investissements réalisés en partie sur des fonds publics (UE, CdC, État) pour l’amarrage de yachts de luxe de 60 à 90 m, qui sont par nature de gros consommateurs d’énergie fossile, donc de gros pourvoyeurs de gaz à effet de serre, ce projet anachronique sur 30 ans (15 ans renouvelables) est à l’antinomie des préconisations du dernier rapport du GIEC.
Avec comme incidences premières de ce projet des impacts directs dans le libre accès aux baignades, à la pêche de loisir et à la pratique de sports nautiques propulsés par la seule énergie humaine, ainsi que des impacts flagrants et non compensés sur des espèces et les habitats de cette zone Natura 2000.
Domaine public maritime
Les baignades s’exercent sur le domaine public ou privé des collectivités territoriales, qu’il soit concédé aux communes ou même à des personnes de droit privé. La baignade publique du domaine public a pour caractéristiques essentielles : le libre accès et la gratuité, des droits normalement inaliénables.
Le maire exerce la police des baignades et des activités nautiques pratiquées à partir du rivage. Cette police s’exerce en mer jusqu’à une limite fixée à 300 mètres à compter de la limite des eaux.
LES IMPACTS
Source : RAPPORT OTEIS, SEPTEMBRE 2018 : PROJET DE MISE EN PLACE DE COFFRES D’AMARRAGE ECOLOGIQUES DEDIES AUX YACHTS DE GRANDE PLAISANCE DANS LE GOLFE D’AJACCIO
RESTRICTIONS D’USAGE
À proximité des coffres : du 01 juin au 30 septembre
Dans le périmètre des zones de mouillage, seront interdits durant la période d’exploitation :
• La pêche professionnelle et la pêche de loisir ;
• l’utilisation d’engins de plage et d’embarcations propulsées par l’énergie humaine (kayak, paddle-board) ;
• la baignade et la pêche de loisir (art.7 convention)

Plage Saint François :
 en pointillés jaune bande des 300 m
cercle de mouillage en bleu
Cette plage au trait de côte particulièrement mobile fait l’objet d’un projet d’aménagement de protection du littoral
La quasi-totalité du mouillage 1 est dans la bande des 300 m
Y aura-t-il une zone réservée uniquement à la baignade (ZRUB) sera-t-elle balisée, surveillée ?

Plage d’Aspretto,  ou du Lazaret, 
 pointillés jaune bande des 300 m
en vert les posidonies
Le périmètre de la zone de mouillage 4 coupe la bande des 300m de 115 m environ laissant bien peu de place à la pratique de la baignade.
IMPACTS SUR L’ENVIRONNEMENT EN MER :
On note la présence de diverses espèces protégées : posidonies, cymodocées, corraligènes,
? Un oubli ? : Les patelles géantes sont présentes, protégées au niveau national du fait de leur raréfaction.
Impact sur l’herbier de posidonie : mouillages 3 et 4 ;
On note la présence de cnidaires, mouillage 3 :
Cladocora caespitosa est pourtant une espèce inscrite depuis 2015 sur la Liste Rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature sous le statut en danger
On retiendra et on soulignera page 21 de l’étude :
« Du fait des faibles impacts du projet sur l’environnement, aucune mesure compensatoire spécifique n’est nécessaire et envisagée dans le cadre de l’exploitation des installations portuaires ».
PAS DE MESURES COMPENSATOIRES, (CONCEPT : EVITER, REDUIRE, COMPENSER)
PAS DE DEMANDE DE DÉROGATION AU CONSEIL NATIONAL DE PROTECTION DE LA NATURE (CNPN)
UNE DEROGATION DOIT POURTANT AUTORISER LA DESTRUCTION D’ESPECES PROTEGEES
Alors que le Golfe a perdu la totalité des « Grandes Nacres » décimée par un protozoaire, que les espèces invasives se multiplient, le tout allègrement véhiculé par des navires et les courants, on autorisera la destruction d’espèces protégées et peut-être même classées à la liste rouge de l’UICN (travaux M.3)
CECI EST EN TOTALE CONTRADICTION AVEC LES OBJECTIFS NATURA 2000,
-Les zones Natura 2000 marins, sont des zones spéciales de conservation à protéger en raison de la présence d’habitats abritant des espèces de faune ou de flore sauvages, rares ou vulnérables ou menacées de disparition ou dignes d’une attention particulière.
FR9402017 Golfe d’Ajaccio
Le site Natura 2000 recouvre la totalité du Golfe d’Ajaccio. Il a été classé en Zone Spéciale de Conservation en raison de la présence de la tortue de Caouanne et du Grand Dauphin.
Ce secteur est très fréquenté par les mammifères marins. On rencontre également une grande variété d’espèces d’algues de mollusques, d’éponges ou encore de crustacés. Une population de patelles géantes et des grandes nacres sont également présentes dans le golfe.
Ce secteur diversifié comporte des milieux rocheux, sableux et profonds. Les profondeurs du golfe sont parsemées des grottes, habitats très particuliers qui abritent des espèces qui ont dû s’adapter à des conditions environnementales très particulières.
Le secteur est également fréquenté par :
FR9412001 Colonie de Goéland Audouin d’Aspretto / Ajaccio
Base navale d’Aspretto et couvre 70 % de territoire terrestre et 30 % marin.
C’est une Zone Spéciale de Conservation de la directive UE « oiseaux » : présence d’une colonie de goélands d’Audouin, la plus grande en France actuellement. Cette espèce niche sur le pourtour méditerranéen et n’est en France, présente qu’en Corse. Elle est classée en liste rouge « vulnérable » par l’UICN.
Le Goëland d’Audouin qui pêche principalement de nuit est particulièrement sensible aux dérangements.
LES RISQUES :
Présence de contaminants
Avec des seuils plus élevés de Cadnium, Zinc, Vanadium, Plomb, mis en évidence par le réseau de surveillance ROCCH (tome I Docob Natura 2000).
Des sédiments contaminés seront remis en suspension et dispersés au grès des courants sans que l’on connaisse la teneur exacte de ces contaminants métalliques, Il sont d’autre part largement alimentés par le rejet autorisé par dérogation des eaux de lavage des fumées de certains navires de la Corsica Linea dans la bande des 3 milles, des navires qui continuent à utiliser des fuels à 3,5% de soufre au lieu des 0,5% prévus par l’OMI (ceci pour renflouer son déficit enregistré pendant la période COVID sur les dessertes de l’Afrique du Nord qu’elle assure.)
Art. 13 de la convention :
« Le littoral méditerranéen a fait l’objet de minages défensifs et de bombardements durant la seconde guerre mondiale, les travaux d’aménagement des zones de mouillage devront prendre en compte la problématique d’une possible pollution pyrotechnique du site ».
Le mouillage 4 (identifié 5 dans l’étude OTEIS en référence) est à destination d’un yacht de 90 m.

Cercle d’évitage : environ 115 m
Ce cercle de manœuvres coupe celui du pétrolier de 100m environ.
Avec la future zone de fret en gestation, ce secteur va cumuler et amplifier de nombreux risques,
Le risque potentiel de collision ne peut pas être écarté.
Il peut même être risque majeur !
Fret + Méthanier+ pétrolier+ navire militaire + risque pyrotechnique…
CE PROJET DE MOUILLAGE DEVRAIT ETRE SUPPRIMÉ
Le LAZARET classé monument historique est à proximité immédiate du mouillage 4
LE PROJET DE MOUILLAGE n° 4 DOIT ETRE SUPPRIMÉ
Incidences sur la biodiversité avec absence de dispositions de compensations
Dérogations de destructions d’espèces inacceptables en Natura 2000
Incidences notables et directes sur les Droits de la population et leur santé
Incidences sur l’eau, l’air, le climat, le paysage et le patrimoine
Dans le contexte actuel, (raréfaction des produits pétroliers, augmentation du coût de la vie « simple ») aucun argument ne démontre la nécessité de tels aménagements sur 30 ans, sauf à gâcher définitivement le caractère précieux de cette richesse environnementale au détriment des droits des Corses et de leurs enfants ! Pour toutes ces raisons non exhaustives,
CE PROJET DOIT ÊTRE REJETÉ DANS SON ENSEMBLE